60 ans de marché pour Michèle, Martine et René

60 ans de marché pour Michèle, Martine et René

Clotilde GERAULT et Ariane QUIGNON
Une petite entreprise familiale au coeur du marché de Belle-Beille a plié boutique. Au grand regret de ses clients.
« Merci pour toutes ces années… Vous allez nous manquer. » Un livre d’or rempli de mots chaleureux est posé sur les cagettes de tomates. Michèle Barrault, son fils René et sa femme Martine sont pour la dernière fois derrière leur étal. Un dernier jour chargé en émotion pour cette famille de primeurs, présente depuis 60 ans et deux générations sur le marché de Belle-Beille.
Une page qui se tourne dans l’histoire familiale
Michèle, 87 ans, travaille sur ce marché de plein vent depuis sa création en 1955. Plusieurs générations de clients lui ont acheté des fruits et légumes. Certains viennent même lui présenter leurs enfants et petits-enfants. « Ma mère est présente pour le plaisir, pour échanger avec les habitants du quartier », dit René en souriant. Il a naturellement pris la suite après l’avoir secondée pendant des années. Cet ancien agriculteur a arrêté la production, tout en continuant la vente sur le marché avec son épouse. Une tradition agricole qui date de l’arrivée de ses grands-parents dans la région en 1947 ; par des temps difficiles, ils avaient débuté avec l’agriculture de subsistance.

René a 61 ans, comme le quartier dans lequel il a grandi et habite encore aujourd’hui. Belle-Beille a évolué, son métier aussi : « Nous avons connu l’expansion des grandes surfaces, avec ses conséquences pour les primeurs. »

Son départ à la retraite marque les habitants du quartier, qui expriment leur attachement à ce marché de proximité. Une ambiance de quartier primordiale pour cette entreprise familiale : « La solidarité et le contact humain sont essentiels. »

L’entraide entre les commerçants favorise ainsi la convivialité, dans un esprit de marché de village. Selon un client fidèle depuis 45 ans, c’est une « figure du quartier » qui s’en va. « Même après avoir déménagé, je retourne sur ce marché tous les vendredis. » Mais pas question de s’ennuyer après ce départ à la retraite. C’est l’occasion de profiter de leurs filles et de leurs petits-enfants. Le marché continuera à vivre. De nouveaux primeurs sont déjà prêts à prendre le relais sur la place Marcel-Vigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.